Il s’agit d’une pathologie fréquente et courante en chirurgie de la colonne vertébrale. Elle correspond en quelque sorte à la sciatique du bras. Dans cette pathologie, comme dans le cas des hernies discales lombaires, c’est la compression d’un nerf qui est responsable des symptômes. Lorsqu’il existe une compression de la moelle épinière, on parle de myélopathie. La névralgie cervico-brachiale (étymologiquement : douleur nerveuse du cou et du bras) peut survenir spontanément, à la faveur d’un effort particulier ou bien d’un traumatisme.

Symptomatologie

Les symptômes peuvent débuter brutalement ou progressivement par une cervicalgie (douleur du cou), mais assez souvent suivis de douleurs dans un bras. Quelquefois, plus que des douleurs il s’agit de sensations désagréables de fourmis ou de brûlures, voire d’anesthésie partielle. Dans des cas heureusement plus rares, on peut rencontrer une véritable paralysie du bras, ce qui constitue une urgence chirurgicale.

Bilan paraclinique

Les radiographies standard sont quasiment toujours non contributives. Le scanner cervical permet de faire le diagnostic en montrant directement la compression des éléments nerveux (nerfs et/ou moelle épinière) par un disque intervertébral ou un ostéophyte (excroissance osseuse dans le cadre de l’arthrose). L’IRM est un examen encore plus performant dans le bilan de cette pathologie.

Éléments de traitement

Tout comme en matière de hernie discale lombaire, le traitement initial comporte toujours en première intention un volet médical : médicaments antalgiques, anti-inflammatoires. L’avis d’un rhumatologue est souvent conseillé. Dans certains cas, une infiltration radio-guidée peut être proposée. Ce type de traitement permet la guérison de la plupart des patients en 4 à 6 semaines.

Pour les sujets qui n’ont pas été soulagés, la chirurgie peut être proposée. Le geste consiste en la décompression des éléments neurologiques. Elle se pratique dans l’immense majorité des cas par le cou (voie antérieure) et non par la nuque. On réalise cette décompression en enlevant le disque intervertébral qui est alors remplacé par une sorte de cale (cage) ou bien dans certaines situations par une prothèse de disque.

Les patients sont alors le plus souvent levés le lendemain de l’intervention et rentrent au domicile au 3ème jour. La reprise des activités professionnelles se fait généralement entre le 2ème et 3ème mois.

Bertrand Debono

Dr Bertrand Debono Neurochirurgien

Fiche actualisée le 14 décembre 2017

Prendre rendez-vous