La prise en charge actuelle de nombreuses pathologies tend à faire diminuer la durée d'hospitalisation effective, sans transiger sur la qualité des soins. C’est un mode de prise en charge innovant centré sur le patient. Ce concept développé depuis une vingtaine d’année permet au patient de récupérer plus vite ses capacités fonctionnelles après une intervention chirurgicale, et ainsi retrouver plus rapidement son environnement familial et ses activités quotidiennes, en toute sécurité. Il s’agit d’une médecine plus sûre, chaque geste et chaque soin étant basés sur des faits scientifiquement établis.

Récupération Rapide Après Chirurgie ou RRAC

La Récupération Rapide s’appuie sur plusieurs principes fondamentaux qui combinés contribuent à diminuer les effets négatifs de l’intervention chirurgicale et permettent de retrouver rapidement la forme.

Une dynamique d’équipe pour sécuriser le parcours de soins

Tous les intervenants du parcours de soins sont impliqués dans la démarche (chirurgien, anesthésiste, équipe soignante, cadre administratif...). La mise en commun des connaissances permet d’améliorer la prise en charge et de réduire les risques éventuels par une évaluation systématique de chaque étape du parcours.

Une information détaillée

La connaissance des différentes étapes de la prise en charge permet au patient de mieux se préparer à chacune des étapes de son séjour dans l’établissement de santé. Être mieux informé lui permet d’arriver dans les meilleures conditions possibles pour son intervention. Le patient a également toutes les informations nécessaires pour préparer son retour à domicile.

Une prise en charge de la douleur avant, pendant et après l’intervention

L’équipe médicale apporte une attention spécifique à la prise en charge de la douleur en jouant sur une approche multimodale médicamenteuse et de confort ; sans douleur, le patient peut rapidement se lever et s’alimenter.

La mobilisation précoce permet de réduire le risque de complications lié notamment à un alitement prolongé.

Un retour à domicile rapide et sécurisé

L’équipe médicale et soignante se fixe avec le patient un certain nombre d’objectifs qu’il lui faudra atteindre avant de pouvoir rentrer chez lui, en fonction de la pathologie pour laquelle il a été admis (douleurs, cicatrice, rééducation initiale, indépendance, …). En choisissant une prise en charge selon les principes de la RRAC, le patient connaît chacune des étapes de son parcours ainsi que les critères qu’il devra atteindre avant de pouvoir rentrer chez lui, en toute sécurité. Il sait également parfaitement ce qu’il peut ou ne pas faire une fois rentré chez lui.

Le patient acteur proactif de sa prise en charge

À chaque étape de sa procédure, le patient est impliqué et devient acteur de sa prise en charge. De retour à domicile, le lien est maintenu H24 entre le patient et une équipe d’infirmières spécialement formées permettant de répondre à toute question ou situation postopératoire spécifique.

En conclusion

Il a été prouvé que la mise en place de la RRAC diminue de manière importante le risque de complications postopératoires. Le patient retrouve plus rapidement son environnement familial, en toute sécurité, il aura ainsi moins de risque de contracter une infection nosocomiale (infection contractée à l’hôpital mais qui n’a aucun lien avec l’affection pour laquelle il a été admis). En lien avec l’équipe soignante, sa convalescence démarre précocement de façon proactive.

L’équipe de neurochirurgie travaille dans un établissement du groupe de santé Capio, précurseur et leader de la RRAC en France, qui a développé les principes de cette prise en charge dans tous ses établissements.

Chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire est un objectif de santé publique pour tous les domaines pathologiques, mais jusqu’à une date récente, la chirurgie du rachis n’était que très peu concernée par ce nouveau concept de prise en charge. Depuis 2013, il est possible de se faire opérer de hernies discales lombaires en ambulatoire à la Clinique des Cèdres, qui a été pionnière dans ce domaine issu du développement de la RRAC.

Quels patients sont concernés ?

Traditionnellement, pour une hernie discale lombaire sans gravité particulière, le patient reste à l’hôpital deux à trois jours en moyenne, et peut se lever dès le lendemain de l’intervention. En ambulatoire, il se lève et rentre chez lui le jour même. Il est licite de proposer l’ambulatoire à un patient qui présente une pathologie discale sans autre pathologie associée, sans antécédent majeur (anticoagulant, diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, etc…), ne vivant pas seul, et dont le domicile est à une distance modérée des Cèdres (une heure de trajet maximum). Il faut bien sur que le patient manifeste sa motivation pour retrouver son domicile dès le soir de la chirurgie, car, comme pour toute prise en charge issue de la RRAC, le patient reste acteur central tout au long de sa prise en charge. A tout moment, il peut décider de rester en hospitalisation traditionnelle. Les nouvelles techniques chirurgicales (microchirurgie, chirurgie mini-invasive) favorisent le développement de l’ambulatoire.

Quels avantages à la prise en charge en ambulatoire ?

En plus des avantages liés à la chirurgie mini-invasive et à la microchirurgie, qui permettent de réduire les douleurs postopératoires et d’accélérer le retour à une vie normale, la prise en charge ambulatoire est associée à une diminution des risques de maladies nosocomiales et de phlébite et une qualité de vie immédiate par un retour rapide en milieu familial.

Comment se passe une intervention en ambulatoire ?

Comme pour les interventions en RRAC, le point-clé est d’organiser le parcours du patient avant et après l’intervention en amont du jour de la chirurgie. Une équipe spécialisée d’infirmière et de praticiens (kinés, anesthésistes, chirurgiens) s’assurent qu’il a bien compris toutes les informations.

La veille de l’intervention, le patient est contacté pour vérifier l’heure d’arrivée le matin suivant, le bon déroulement de la préparation pré-opératoire, et la présence des examens radiologiques qu’il devra obligatoirement apporter avec lui.

La veille au soir, le patient prend une douche antiseptique au domicile, renouvellée le jour de l'intervention au lever.

Le patient se présente tôt le matin dans le service de chirurgie ambulatoire pour être opéré avant midi. Le premier lever se fait en début d’après midi, après vérification de l’absence de signe de complication (saignement, douleurs, problème de miction). La sortie à domicile est ensuite programmée en fin d’après midi. Le transport se fait en ambulance.

Les douleurs post-opératoires sont prévenues par la prise sytématique d'antalgiques, sans attendre l'installation d'une douleur ou d'un inconfort post-opératoire.

Le patient reçoit une application pour smartphone et/ou un accès sur un logiciel de suivi qui lui permet de rester depuis son domicile en contact H24 avec la clinique sur la base de ses symptômes. Il peut également contacter à volonté le service ambulatoire par téléphone, qui peut à tout moment le mettre en relation avec le chirurgien de garde ou lui organiser une réhospitalisaton.

Quels sont les résultats ?

Lors d’une étude menée aux Cèdres en 2015 sur 60 patients consécutifs opérés en ambulatoire d’une hernie discale L4L5 ou L5S1 révélée par une sciatique, il n’avait pas été noté de complication liée à cette prise en charge particulière : pas de demande de consultation plus précoce ni de passage signalé aux urgences. Lors de la consultation de contrôle, le taux de satisfaction était de 96% : 13% des patients étaient très satisfaits 83% étaient satisfaits. Et 96% des patients conseilleraient une telle procédure à un proche.

Nous insistons sur le fait que ce mode d'hospitalisation ne convient ni pour tous les patients, ni pour toutes les pathologies. Il n'est jamais imposé en chirurgie du rachis.

Bertrand Debono

Dr Bertrand Debono Neurochirurgien

Fiche actualisée le 03 juin 2016

Prendre rendez-vous